ZLECAF : Tout savoir sur l’adhésion de la RDC à la Zone de libre échange


Marché unique en cours d’exécution; la Zone de Libre-Échange Continentale Africaine (ZLECAF) ambitionne de réinventer les fondements de la croissance économique sur le continent par sa transformation en plus grand centre mondial de commerce.

A long terme, le projet intégrera tous les 55 pays de l’Union africaine (UA) au sein d’une même zone économique de 1,2 milliard d’habitants et 2500 milliards de dollars américains.

La mise en place pour les pays  ayant déjà ratifié cet instrument; initialement prévue en 2017; sera projetée pour juillet 2020 puis, ce 1er janvier 2021; pour raison de covid-19.

La RDC, quant à elle; devenait signataire de l’Acte en mars 2018 sous  le président honoraire Joseph Kabila; mais traînait encore sur sa ratification.

Le 15 décembre 2020, le président Félix Tshisekedi accordait une audience au S.G. de la ZLECAF; rencontre qui aboutira à l’avant-projet de loi portant  ratification de la Zone de libre-échange continentale africaine pour la RDC; dont le document  appelait à ratifier l’Accord pour en tirer un profit optimal; en développant une économie capable de rivaliser et susceptible de capitaliser les opportunités découlant de ce vaste marché continental.

La loi y afférent sera ensuite  adoptée par l’Assemblée Nationale congolaise; sous l’inquiétude de certains parlementaires et personnalités indépendantes, qui l’estiment prématurée.

La RDC risque de trébucher dans ce piège;
surtout que les grands gagnants dans les accords commerciaux multilatéraux sont généralement les pays déjà industrialisés dont les firmes sont adaptées aux conditions de concurrence internationale.

Illustrant la déconvenue britannique avec le BREXIT; Francine Muyumba et Marie-Ange Mushobekwa; respectivement sénatrice et députée nationale puis membre de la Commission des Relations Extérieures de la Chambre Haute; pensent que la RDC n’est pas encore prête à affronter une concurrence commerciale de cette envergure.

Par conséquent; ces élues ont suggéré le retardement de la ratification d’au moins deux ans; question de normaliser avec les préalables techniques.

Sans cela, le pays le plus peuplé de la l’Afrique centrale et méridionale ne sera que le déversoir des produits de toutes sortes venant des autres.

En effet, sa position géographique, son potentiel démographique et économique confèrent à la RDC une place stratégique de choix dans ce rendez-vous du donner et du recevoir.

Dans son allocution de Février 2020 lors de la cérémonie des vœux des membres de la FEC, Albert Yuma a estimé que la RDC n’a pas rempli toutes les étapes pour s’ouvrir à cette initiative.

« Je n’ai jamais fait partie des béats du libre-échange mondial, … du renard libre dans le poulailler libre »; a martelé  le Président du Conseil d’Administration de la GECAMINES, pour qui; cet Accord mettrait en mal l’émergence de  l’industrie locale, sans protectionnisme initial.

La RDC doit sortir de ce carcan, la réduisant à un simple importateur de biens venus de l’étranger; et un exportateur des matières premières devant être manufacturées ailleurs;  et donc sans valeur ajoutée.

Eric Monga, président provincial de la FEC Lushoise, appelle à revoir le système fiscal.

Certains opérateurs voient l’intégration de la RDC à la ZLECAF comme une opportunité, à l’instar de Madame Betty Shaze; vendeuse des pagnes importés de l’Afrique de l’Ouest, pour qui ce projet est une aubaine; dans la mesure où l’allègement des taxes y découlant augmentera ses bénéfices.

Sumaili Kibukama, président de l’Association des Commerçants  Congolais de l’Étranger, suppose que l’exécution du traité « va protéger les commerçants des tracasseries douanières dont ils sont victimes actuellement ».

Quoiqu’optimiste, le Directeur Général de la DGDA rappelait que l’entrée en vigueur de la ZLECAF débouchera à la suppression des  taxes douanières; ce qui n’est pas sans corollaire sur le budget national congolais, déjà buté à des nombreux défis.

Pour rappel, en 2019, les importations congolaises ont été  estimées à  près de 15 milliards de dollars; selon un rapport de la Banque centrale du Congo (BCC).

Previous Lisette Ntumba : une chercheuse entre la craie et la petite industrie
Next ZLECAF : la RDC prêchera-t-elle par l’exemple ? Décryptage

1 Comment

  1. […] ZLECAF : Tout savoir sur l’adhésion de la RDC à la Zone de libre échange […]

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *