Un Congolais ambitieux en avance sur son temps au pays arc-en-ciel


Hertzy Kabeya. Un nom que vous n’avez probablement jamais entendu jusque-là. A moins que vous ayez étudié en Afrique du Sud. Et pour cause : ce jeune congolais de 29 ans a monté une start-up éducative valorisée aujourd’hui à plusieurs millions de dollars. Son histoire commence en  2010 à Capetown.

Ce jeune étudiant de la Cape Peninsula University of Technology achete et vend des manuels à ses camarades de l’université à des tarifs plus abordables via une petite société qu’il vient de créer : Budget Books, qu’il gère à partir d’une petite table de la bibliothèque du campus.

Ayant constaté que de nombreux étudiants sans suffisamment de moyens ne pouvaient se procurer des ouvrages pour leurs travaux; Kabeya propose une alternative économique abordable en numérisant les cours du papier à l’électronique; réduisant par là, les couts de production et les prix. Avec le temps, la demande augmente. En 2012, il s’associe à Pimp My Book pour fournir des livres à l’Université du Cap. Il étend ses services à l’Université de Stellenbosch et à Polokwane.

Il rebaptise Budget Books en The Student Hub, une entreprise de technologie de l’éducation qui aide les établissements d’enseignement et de formation techniques et professionnelles (EFTP) à optimiser leurs programmes et à migrer leurs cours sur des plateformes d’apprentissage en ligne.

Au-delà de la vente des manuels, son entreprise se concentre également sur l’amélioration des compétences de la main-d’œuvre sud-africaine en proposant des cours  en ligne à des prix abordables pour permettre à davantage de personnes qui n’y auraient pas eu accès autrement; d’accéder à l’enseignement supérieur. Les choses marchent bien. The Student Hub enregistre des profits de l’ordre de 4 millions de Rands (284 000 $) jusqu’en 2017.

Un moment de passage à vide

Mais le succès de la start-up de Kabeya prend un coup d’arrêt avec des déboires judiciaires. Une  société de marketing la traduit en justice pour un litige de paiement qui tourne en faveur de Kabeya qui sort néanmoins épuisé par la procédure et avec une réputation entamée.
«  J’ai fermé la division d’apprentissage mixte et j’ai été incapable de payer les salaires pendant huit mois. Le personnel est resté au milieu des défis; même si tous les investisseurs en capital-risque ont rejeté mes demandes de financement », explique-t-il.

En 2018, les choses commencent à s’améliorer. Le Student Hub signe avec quelques  partenaires spécialisés dans l’apprentissage à distance. Un investisseur providentiel, Bill Paladino injecte 5 millions de Rands (355 000 $) dans le capital de l’entreprise.

En 2019, 1 400 étudiants étaient inscrits. En 2020, l’entreprise était devenue une plate-forme technologique d’apprentissage de pointe spécialement conçue pour l’enseignement et l’apprentissage par excellence; avec des manuels numérisés et disponibles pour les étudiants sur la plate-forme d’apprentissage en ligne.

Le modèle commercial d’apprentissage mixte réintroduit a prospéré pendant le confinement dû à Covid-19; prouvant que Kabeya  et son modèle étaient en avance sur son temps. La même année, la Fondation Naspers investit 45 millions de Rands (3,2 millions de dollars) dans The Student Hub; affirmant dans un communiqué que la plate-forme d’apprentissage en ligne « augmente l’accès à l’enseignement professionnel à un grand nombre d’étudiants tout en réduisant les coûts d’enseignement et de formation« .


Le Student Hub est spécialisé dans les études commerciales et d’ingénierie et dessert actuellement sept collèges et opère dans quatre des neuf provinces d’Afrique du Sud.

Previous L’Agrobusiness rural, panacée à la problématique du chômage en RDC
Next Être agriculteur en RDC, précisément à Kinshasa : combien ça paie ?

No Comment

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *