Entrepreneurs et commerçants : quelle différence ?


La jeunesse congolaise a souvent fait recourt à des mots comme cop, deal, shida, choc…pour désigner les combines auxquelles on fait recours pour palier au manque d’emploi. Une mentalité tellement ancrée dans le subconscient collectif, qu’il y a même de ceux qui, malgré le fait qu’ils soient salariés, sont prêts à mettre en péril leur position si cela ne leur permet pas de recourir au cop.

Un esprit débrouillard qui fait fi de toute planification et qui repose sur les réseaux de connaissances, les affinités ou parfois le hasard. Le terme coopérant dans le jargon Congolais désigne ces débrouillards oeuvrant dans l’informel, vendeurs à la sauvette, facilitateurs d’affaires, commissionnaires et autres intermédiaires profitant d’une opportunité pour se faire de l’argent au passage. Lors d’une interview pendant son séjour en Russie, le chef de l’Etat Félix Tshisekedi avait évoqué cette propension Congolaise à faire des « cop » en évoquant une affaire de rétro-commissions liée au décaissement de fonds publics à l’origine d’un scandale financier.

Mutation des genres

Le coopérant sonnant désormais mal et donnant une image moins éthique et glamour, on lui a substitué une nouvelle appellation : celui d’entrepreneurs. Une transition qui s’est opérée à la faveur de la montée en puissance du concept dans la société, à tel point qu’on ne sait plus désormais distinguer les rôles entre le débrouillard et celui qui entreprend une activité génératrice de revenus.

Mais qui est donc un entrepreneur ?

C’est sûrement la question qui vaut un million et suscite diverses interprétations.

Pour E.cd, un entrepreneur est une personne qui crée une ou des entreprises, identifie et résout des problèmes, en utilisant des aptitudes créatives et innovantes. Cette personne tire parti d’une opportunité pour concevoir une solution adaptée dans le but d’en soutirer un bénéfice.

Quand on se cantonne à cette définition, beaucoup de métiers ne répondent pas aux critères évoqués.

Un commerçant qui achète et revend des marchandises dans l’état sans aucune transformation et sans que cela ne résolve nécessairement ce qui pourrait être considéré comme un problème peut-il être considéré comme un entrepreneur ?

Y a-t-il de l’innovation dans le chef d’une personne ouvrant une boutique d’habillements ou un bar ?

Si l’idée de devenir son propre boss figure parmi les priorités de toute personne désireuse en quête d’autonomie, il n’y a pas de baguette magique pour y arriver.
Se lancer dans un business requiert trois aspects essentiels :

  • Planification
  • Capital
  • Actionnariat /Ressources humaines

Sur quels marchés allez-vous vous lancer ? N’est-il pas déjà saturé ?

Previous Thony K. Ngumbu : « Les entrepreneurs congolais construiront le Congo de demain » 
Next CanGo : une révolution dans la mobilité urbaine qui a disparu trop tôt

6 Comments

  1. 31 août 2020
    Répondre

    Bonsoir j’apprécie le site

    • 2 septembre 2020
      Répondre

      Nous sommes heureux d’avoir des lecteurs comme vous et espérons lire votre nom dans la liste des jeunes entrepreneurs Congolais influant

  2. […] Entrepreneurs et commerçants : quelle différence ? […]

  3. […] Entrepreneurs et commerçants : quelle différence ? […]

  4. 24 avril 2021
    Répondre

    Hey very interesting blog!

  5. formidable ainsi que le site blog impressionnant.
    Je tiens vraiment à remercier, pour nous offrir une meilleure information.

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *