Comment trouver les bonnes connexions pour émerger dans les affaires ?

affaires

Le plus grand problème pour un entrepreneur a toujours été de trouver le bon interlocuteur. En République démocratique du Congo, des années d’instabilité ont plombé l’économie et vu émerger des opportunistes de tout genre qui ont pris pied dans les milieux socio-économique. Cette situation a engendré la création de réseaux fermés, constitués de personnes qui se cooptaient et entretenaient des relations privilégiées car, se connaissant bien. 

Le premier réflexe d’un investisseur est de se renseigner sur la viabilité d’un marché, mais aussi, sur d’éventuels partenaires avec lesquels il pourrait entrer en relation. Une étape assez délicate au vu de la faible numérisation des entrepreneurs congolais. Car à défaut d’annuaires et de personnes ressources (ambassades, relations personnelles), ce sont les moteurs de recherche qui fournissent aux investisseurs, les précieuses informations dont ils ont besoin pour se décider si oui ou non, ils peuvent poser le pied au Congo. 

Mais cela ne se fait pas sans risques. De nombreux escrocs, entretenant des relations supposées ou superficielles avec de hautes autorités ; se sont illustrées en escroquant des sommes considérables à des investisseurs naïfs, trompés par des subterfuges souvent simplistes. 


Bon nombre de jeunes pousses éprouvent des difficultés à gérer leurs relations publiques. A la constante nécessité d’avoir une présence soutenue dans l’écosystème dans lequel ils évoluent, s’ajoute la complexité de milieux dans lesquels, beaucoup n’ont pas encore pleinement pris leurs marques. 


Il n’est donc pas ainsi rare de voir des investisseurs peinaient à trouver les profils dont ils ont besoin par manque d’information, mais aussi, parce que beaucoup reposent leur confiance sur des réseaux bien structurés qui leur servent de boussoles pour aiguiller leurs décisions. De ce besoin de confiance sont nés de nombreux mythes, concernant des groupes d’entraides, aux ramifications pseudo-mystiques pour certains, où le simple fait d’y adhérer, confère une assurance quant au sérieux d’un homme d’affaires. 

Le Pitch : la clé

Il est souvent recommandé dans les réceptions regroupant du beau monde, de se promener d’une table à une autre pour découvrir qui est qui ou espérer qu’une personne bienveillante daigne vous approcher dans votre coin pour se présenter et faire la conversation. Quand c’est votre première fois, c’est un blocage. Beaucoup ont ainsi passé des années à participer à des soirées, avec des personnalités importantes, sans avoir l’occasion de leur adresser un seul mot.

Le pitch, est une technique novatrice qui vous prépare à ce cas de figure et vous permet de faire de vous, le prospecteur idéal. Très en vogue chez les marketeurs, il permet de développer les grandes lignes d’un projet, en abordant les points essentiels, dans un temps suffisamment court, pour éveiller l’attention de votre interlocuteur et l’inciter à vous questionner davantage pour en savoir plus. 

Le bon pitcheur peut pousser l’homme le plus occupé du monde, à oublier son téléphone ou une charmante compagnie pendant 60 secondes pour vous écouter lui parler de votre projet, d’une façon où, il ressentira non seulement de la curiosité, mais également, l’opportunité que vous lui aurez fait entrevoir, grâce à des mots-clés que vous aurez particulièrement choisi pour attirer son attention et mettre en éveil ses sens. 

Alors si vous souhaiter briser la glace et faire valoir votre importance au milieu d’investisseurs et de personnalités importantes, apprenez d’abord à pitcher.  

Fini les cérémonies où des personnes se tiennent à l’écart, seules dans leurs coins, ne sachant pas comment aborder un groupe de personnes importantes qui semblent mieux se connaître. Le fait de ne pas être parrainé par un mentor est un frein au réseautage de nombreux entrepreneurs très souvent intimidés par les rouages du networking traditionnel. 

Previous Assistance du FMI à la RDC : que peuvent attendre les entrepreneurs congolais ?
Next Que vous rapporte une participation à des forums d’affaires ?

No Comment

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *