Bisou Bisou ou l’épopée d’un marchand à la criée


1997, après la chute du président Mobutu, le vent de la guerre souffle sur le Congo Brazzaville voisin. Coincés, de nombreux Brazzavillois feront la traversée du fleuve Congo pour se réfugier. Parmi eux, un certain Milandou N’Lemvo Gervais. A son arrivée à Kinshasa, il se lance dans la vente de tissus et produits textiles très prisés par les Kinois. En collaboration avec un commerçant sénégalais, il s’installe sur l’avenue du commerce, référence du négoce au centre-ville de la capitale de ce qui est entre-temps devenu la République démocratique du Congo.

Mais la clientèle Kinoise est dense et difficile à séduire pour un nouveau venu. Gervais Milandou imagine une stratégie pour attirer de nouveaux clients. Il fait installer des baffles à l’entrée de son magasin. De la musique y est diffusée et finit par attirer les curieux. Une technique qui ne peut que marcher au pays du berceau de la Rumba. Les affaires florissent. Gervais Milandou, créé la société MILTEX des initiales de son nom. Son magasin, connu sous le nom de Bisou, devient de plus en plus fréquenté. Il devient même une référence pour les différents bus assurant le transport en commun vers le grand marché.

Team Building constant

Si les entreprises tirent profit des jours fériés pour organiser des activités récréatives entre employés afin de renforcer la cohésion, les employés de Miltex eux, jouissent déjà au début des années 2000 d’une cantine interne avec tous les services de restauration qui leur dispense de la nécessité de se restaurer à l’extérieur. Pour un ancien client familier de la société à l’époque, cette pratique renforçait le sentiment d’appartenance et permettait à tous les employés de se connaître et d’échanger sur leur travail. Le succès fut au rendez-vous.

La technique Bisou Bisou de vente par musique interposée s’imposera rapidement dans la capitale. Entre-temps, Miltex se diversifiera pour se lancer dans l’hôtellerie de luxe.

Miltex pèse aujourd’hui plus de 30 millions de dollars d’actifs. Une initiative qui a commencé dans le marché Total de Brazzaville par un vendeur ambulant et que la discipline et le sens des affaires a transformé en entreprise prospère.

Previous Mobile money : comment se lancer avec un capital de 100 dollars
Next L’Agrobusiness rural, panacée à la problématique du chômage en RDC

No Comment

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *