5 activités dans lesquelles entreprendre pendant le COVID-19


Le COVID-19 a été déclaré pandémie mondiale par l’O.M.S; après avoir quitté la Chine où elle s’est déclarée fin 2019 pour se répandre dans le reste du monde. L’Afrique subsaharienne, jusque-là épargnée, à commencer à avoir ses premiers cas depuis février 2020.

En RDC, la maladie a été introduite par des voyageurs résidant à l’étranger. Les premières transmissions locales ont contraint les autorités à décréter des mesures d’exceptions, touchant l’activité économique de la capitale Kinshasa.

Tout juste après l’annonce des mesures, une spéculation sur les prix des denrées de première nécessité fut observée à Lubumbashi, où des commerçants ont doublé le prix de la farine de maïs, aliment de base dans cette partie du pays. 

A Kinshasa, ce sont les prix des gels hydro-alcooliques, préconisés par les autorités sanitaires pour se protéger de la maladie qui ont pris l’ascenseur. Dans une ville où l’accès à l’eau n’est pas garanti, l’utilisation du savon; une des autres solutions préconisées, n’est pas à la portée de tous. 
Par conséquent de nombreuses personnes se sont également rué sur les masques chirurgicaux. 

Ex candidat à l’élection présidentielle de 2018, Seth Kikuni, a été le premier à promouvoir le port de ces masques jusqu’à épuisement de son stock. 

De plus les supermarchés ont également sauté sur l’aubaine pour écouler masques et gants de protection; notamment après qu’une rumeur relayée sur les réseaux sociaux, ait attesté que le COVID-19 pouvait se transmettre via les billets de banque. 

Des opportunités inexplorées

La crise du COVID-19 comme on l’a vu, met en avant un certain nombre de produits de protection, que les entrepreneurs innovants peuvent produire et écouler grâce à une approche marketing efficace. En voici quelques-uns :

1 – Le savon


Fabriquer du savon, ce n’est pas non plus sorcier. Certaines ONG ont lancé des formations dans le but d’en apprendre le procédé. Un savoir à la portée de tous. 

2 – Masques de protection


Les personnes qui portent les masques en pagne affirme que ses derniers sont essentiels contre les particules expulsées de la bouche d’une personne contaminée qui éternue à proximité d’une personne saine. Une situation qui peut se passer dans un bus, un taxi ou un quelconque lieu public.
Mais il n’y a pas que les masques importés qui peuvent servir. La fondation Mzee Laurent-Désiré Kabila, a présenté au Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba; des prototypes de masques conçus avec des pagnes par un couturier local et dont l’efficacité reste a éprouvée. 
Cependant, l’utilisation du pagne reste limitée en termes de protection (ne tiendrait pas plus de 3 heures). La norme NF EN 14683 au sein de l’Union européenne donne plus de précisions à ce sujet. 

3 – Le gel désinfectant

Vous pensez que fabriquer un désinfectant, c’est la mer à boire ? 
Figurez-vous que non. Les désinfectants peuvent être conçues de façon artisanale. Le procédé de fabrication est disponible en ligne et est même enseigné dans certaines écoles ayant une option Biologie chimie. 

Devant la qualité de certains gels vendus en grande surface, l’Institut national de recherche biologique (INRB), l’organe en charge du diagnostic des cas de COVID-19, s’est également lancé dans la fabrication de désinfectants. 

4 – Sceaux à robinet et charpente métallique

La crise du COVID-19 comme on l’a vu met en avant un certain nombre de produits de protection; que les entrepreneurs innovants peuvent produire et écouler grâce à une approche marketing


Depuis l’annonce de la pandémie en RDC, de nombreuses entreprises et institutions, ont placé des sceaux d’eau à l’entrée des édifices et aux portes, avec du savon, pour inciter les gens à se laver les mains suivant les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé. Certains entrepreneurs congolais comme YOBIZ, spécialisés dans l’innovation environnementale, ont déjà mis au point un procédé mixant une bassine et savon et permettant le lavage automatique des mains, sans avoir à toucher le robinet. 


5 – La livraison


De nombreuses entreprises ne pouvant plus accueillir des clients pour éviter de grands rassemblemment notamment les restaurateurs; la livraison à domicile est devenue une alternative à l’interdiction des rassemblement. Ceux n’ayant pas de charroi propre, sous-traitent ce service à des tiers les motos étant un moyens rapide pour ce faire.

Si vous avez une moto, un fourgon ou un autre véhicule utilitaire, c’est une occasion propice bourse lancer.

Previous Les précautions à prendre pour gérer le Coronavirus en entreprise
Next Assistance du FMI à la RDC : que peuvent attendre les entrepreneurs congolais ?

No Comment

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *